L’intégration sensorielle

La Théorie de l'Intégration Sensorielle selon Jean Ayres

La thérapie d’intégration sensorielle est une intervention focalisée sur les réponses sensorielles dysharmoniques exprimées par l’enfant et qui interférent avec son quotidien et ses apprentissages.

Selon Jean Ayres, avant d’apprendre à lire, à écrire et à calculer, nous devons donner une signification à ce que nous voyons et entendons, nous devons être capables de planifier nos mouvements et d’organiser notre comportement.

Ainsi, l’ergothérapeute va proposer une évaluation comprennant :

  •  un entretien avec les parents ;
  • les réponses à des questionnaires ; 
  • des observations en cabinet.

 

L'objectif et d’identifier l’éventuelle présence de troubles d’intégration sensorielle et de comprendre comment ces difficultés influent sur le quotidien de l’enfant.

Les différents systèmes sensoriels et leur diagnostic

L’évaluation effectuée, durant la séance de thérapie d’intégration sensorielle vise 8 grands systèmes sensoriels : 

  • Vestibulaire
  • Proprioceptif
  • Tactile
  • Intéroceptif
  • Tactile oral/gustatif
  • Visuel
  • Auditif
  • Olfactif

Ces troubles vont se répartir en 3 grands diagnostiques :

Troubles de discrimination sensorielle

Lorsque l’enfant est en difficulté pour discriminer les caractéristiques de l’information reçue.

 

Troubles moteurs d’origine sensorielle

Lorsque des troubles de contrôle moteur et oculomoteurs, d’intégration bilatérale et de rythmicité ou encore de planification motrice et praxie sont observés, en lien avec les troubles sensoriels.

Troubles de la modulation sensorielle (auto-régulation)

Lorsque l’enfant présente des difficultés à gérer l’information sensorielle reçue et donc, à l’utiliser pour donner des réponses (cognitives et motrices) adaptées :

  • Enfant hyper sensible
  • Enfant hypo sensible
  • Enfant présentant des comportements de recherche sensorielle / évitement sensoriel / sensibilité sensorielle